Cancer : l’annonce à l’enfant

Catégorie : Actualités

Le cancer peut frapper à tout âge, des hommes et des femmes en pleine force de l’âge, des pères et des mères de famille peuvent se voir confrontés au diagnostic.

Dois-je dire à mon enfant que j’ai un cancer ?
Oui absolument, au sein d’une famille il est pratiquement impossible de garder un secret. L’enfant quel que soit son âge se rendra vite compte que quelque chose ne va pas, l’enfant se rend compte que les parents sont préoccupés et inquiets.
Un enfant dans l’ignorance s’imaginera des scénarios catastrophe qui peuvent être plus traumatisants qu’une information claire (adaptée selon l’âge) sur le cancer de son papa ou de sa maman.

Qui doit parler à l’enfant ?
Idéalement, les deux parents doivent informer l’enfant ensemble, il y verra la preuve que l’on ne veut rien lui cacher. Ce n’est pas seulement l’information qui compte mais aussi l’amour, le soutien et la confiance que l’on doit apporter à l’enfant.
Il faut soigneusement préparer cet entretien. Consulter éventuellement  un spécialiste en psycho-oncologie ou votre pédiatre qui pourront vous donner de précieux conseils.

Quel est le bon moment pour lui annoncer ?
Accorder vous tout d’abord le temps nécessaire pour surmonter votre propre traumatisme. Attendez de vous sentir prêt(e) et choisissez un moment ou vous pourrez parler calmement avec l’enfant sans être dérangé.  Préférez la journée que le soir pour que l’enfant puisse se calmer avant de se coucher.

Que répondre s’il me demande si je vais mourir ?
C’est la question qui préoccupe le plus les enfants confrontés à la maladie d’un de leurs parents. Souvent les enfants associent le cancer à la mort (surtout les adolescents) à cause des médias, de ce qui ont vu dans un film, une série.
Il faut les tranquilliser en leur exposant de façon réaliste les possibilités de traitement et les chances de guérison. Si une guérison complète n’est pas possible, les enfants les plus âgés seront en mesure de comprendre qu’il existe des maladies qui ne guérissent pas, mais avec lesquels on peut vivre.

Il ne faut pas que je pleure devant lui !
Il est normal d’avoir les larmes aux yeux durant l’entretien, il ne faut pas dramatiser et expliquer à l’enfant que ces larmes sont l’expression de vos émotions, et qu’il est tout à fait naturel d’exprimer sa tristesse, sa colère ou sa peur et que lui aussi peut donner libre cours à ses sentiments. Cependant il faut faire attention de ne pas transmettre votre angoisse à l’enfant.

Que puis-je dire à mon enfant ?
L’étendue des informations que vous donnez à l’enfant dépendra évidemment de son âge et de sa maturité intellectuelle.  Le dialogue doit être ouvert, sincère et empreint d’affection !
Pour les enfants en bas âges vous pouvez vous aider d’une poupée pour montrer d’où vous souffrez, il faut employer des mots simples et les rassurer : « maman à mal au sein, le docteur va voir pourquoi j’ai mal. »
Pour les enfants plus âgés il ne faut pas hésiter à employer le mot cancer pour qu’il ne s’imagine pas tout un tas de scénario catastrophe.

Il est important de prévenir les enseignants de votre enfant sur votre maladie et le déroulement de votre traitement. Ils comprendront mieux la situation émotionnelle et les éventuelles réactions de l’enfant et ils pourront être de précieux alliés pour aider l’enfant à traverser cette épreuve.

Un dialogue affectueux et sincère est le meilleur moyen d’aider votre enfant à maitriser cette situation difficile.

N’hésitez pas à sollicitez l’aide de spécialistes.

Sources :
www.cancer.lu
www.psychologies.com
destinationsante.com

Article publié le 09/12/2011
Commentaires

J'accepte de recevoir par mail les offres et nouveautés les offres de la station thermale de La Roche Posay*    Oui   Non

*

* champs obligatoires