Les méthodes de reconstruction mammaire

Catégorie : Actualités

reconstruction mammaire, post cancer

reconstruction mammaire, post cancer

Il existe diverses méthodes de reconstruction mammaire, la méthode choisie dépend du traitement reçu, de l’état de la peau et de la morphologie de chaque femme.
Quelle que soit la méthode choisie, 2 ou 3 interventions sont à prévoir, réalisées chacune à 3 mois d’intervalle :
– Reconstruction du volume général, du galbe
-Retouche du sein reconstruit et/ ou de l’autre sein dans le but d’avoir une symétrie harmonieuse
-Reconstruction de l’aréole et du mamelon
La reconstruction par prothèse
C’est la méthode la plus simple et la plus souvent pratiquée lorsque les tissus du thorax sont de bonne qualité. Elle est pratiquée sur des seins de petite taille ou de taille moyenne.
Les prothèses mammaires ne sont pas définitives, elles doivent être changées après 12 à 15 ans.
Le chirurgien décide parfois de mettre en place une prothèse provisoire appelée « expander »: le but est d’obtenir une distension progressive de la peau par des gonflages fréquents de la prothèse. Ils sont réalisés avec du sérum physiologique que l’on introduit par une valve incorporée à la prothèse que l’on ponctionne après repérage.
Cette technique constitue une préparation à la reconstruction définitive par prothèse qui intervient alors 6 mois après la pose de cet « expander » lorsque la peau est jugée assez élastique  pour accueillir la prothèse.
Dernière phase accompagnant la mise en place de la prothèse, la plaque aréolaire-mamelonnaire (aréole et mamelon), sera reconstruite le plus souvent ultérieurement, lorsque le volume du sein sera stabilisé et que la symétrie entre les 2 seins sera acquise.
Dans le même temps, ou secondairement, il est possible de remodeler le sein opposé si cela est nécessaire et suivant le souhait de la patiente (Pas de nouvelle cicatrice car le chirurgien incise au même endroit que pour l’ablation.)

La reconstruction par grand droit abdominal (TRAM)

Cette méthode s’adresse aux patientes ayant un excès de graisse et de peau au niveau abdominal , qui sont relativement peu sportives et qui ne souhaitent pas envisager de grossesse.
Un morceau du muscle, situé au niveau de l’abdomen est prélevé avec de la peau et de la graisse du ventre puis implanté à la place du sein. Une plaque de Goretex est posée pour renforcer la paroi abdominale fragilisée par la perte d’une partie du muscle.
L’opération dure 2 à 3 h et permet un résultat naturel et  accessoirement de retrouver un ventre plat.
C’est une intervention délicate qui laisse 2 cicatrices: l’une allant d’une hanche à l’autre, l’autre au niveau du nombril. Les suites opératoire sont parfois douloureuses et  nécessitent le port d’une gaine nuit et jour pendant plusieurs semaines.
La paroi abdominale étant fragilisée, elle peut empêcher la pratique de certains sports.
La reconstruction par lambeau grand dorsal
Cette méthode s’adresse aux femmes jeunes, traitées par radiothérapie. Elle permet une grossesse minimum 3 mois après l’opération.
Elle consiste à prélever le  muscle situé en bas du dos. Elle laisse une cicatrice dans le dos d’environ 20cm, les suites opératoires sont parfois douloureuses au niveau du dos, et peuvent entrainer une gêne pour dormir et conduire qui peut durer plusieurs semaines.
La reprise du sport est possible un à deux mois après
La méthode du DIEP
Cette méthode s’adresse aux femmes ayant suffisamment de graisse autour du ventre.
C’est la seul méthode où le sein suit les variations de poids ce qui permet un résultat naturel. Elle permet les grossesses.
Cette méthode consiste à prélever de la graisse et de la peau du bas ventre, ou plus rarement de la fesse avec une artère et une veine.
Les douleurs post opératoires sont peu importantes.
Le muscle abdominal est conservé ce qui permet la pratique du sport.
C’est une microchirurgie délicate, qui doit être pratiquée par un chirurgien spécialement formé. L’opération dure en moyenne 6h.
Cette technique laisse une  longue cicatrice sur le ventre et autour du nombril.

Le DIEP n’est pas encore nomenclaturé par l’assurance maladie.
La reconstruction de l’aréole et du mamelon
Pour l’aréole, il y a plusieurs solutions:
– Soit le prélèvement d’une partie de l’aréole de l’autre sein si elle est large
– Soit le prélèvement d’un fragment de peau près de l’aine ou dans la région génitale (peau naturellement pigmentée)
Puis on fait un tatouage pour donner la couleur.

L’intervention dure  1h, les suites opératoires sont très peu douloureuses.
Pour le mamelon:
Si celui de l’autre sein est important on peut en prélever une partie, sinon il est possible de surélever la peau du sein reconstruit pour former un petit relief
Ou une greffe d’un petit morceau d’oreille ou d’orteil sera faite.
La sensibilité du nouveau sein reconstruit est toujours différente pour soi et pour son partenaire.
L’aréole et le mamelon reconstruits ne retrouvent pas de sensibilité érogène.
Coût d’une reconstruction mammaire
Les honoraires des chirurgiens plasticiens varient en fonction de la complexité des interventions, mais les frais d’une reconstruction mammaire après ablation du sein sont généralement pris en charge par la Sécurité Sociale.
Prise en charge à 100% sur base sécurité sociale :

– Pose implant: 225 €
– Reconstruction par gd droit de l’abdomen: 568€ ou 720€ selon technique
– Reconstruction par lambeau gd dorsal: 503€
Un supplément d’honoraire est possible mais le chirurgien doit vous fournir un devis et une facture détaillée, c’est obligatoire.
Les dépassements d’honoraires pour les chirurgiens « à honoraires libres » ou « secteur 2 » sont parfois pris en charge par mutuelle.
Source :
www.cancerdusein.org
www.ligue-cancer.net
www.reconstruction-mammaire.fr
Article publié le 07/03/2012
Commentaires

J'accepte de recevoir par mail les offres et nouveautés les offres de la station thermale de La Roche Posay*    Oui   Non

*

* champs obligatoires